Sauver le château

Pourquoi faut-il sauver le château ?

Ce n’est pas la première fois que le château est en vente depuis le décès du général Vandamme en 1830. Mais, cette fois-ci, la situation est différente : son état est affligeant et fait craindre qu’un promoteur ne détourne ce site exceptionnel pour en faire un objet de spéculation, ou que sa destruction ne nous l’enlève à jamais.

Avons-nous le droit de laisser partir ce qui fut considéré il y a deux cents ans comme le fleuron du patrimoine de Cassel ?

Nous ne pouvons pas nous y résigner !

 

Vandamme et son château

Né à Cassel le 5 novembre 1770, Dominique Vandamme commence sa carrière militaire en 1789 dans le régiment de la Martinique. Revenu en France, il est chargé au bout de quelques mois de créer une compagnie de chasseurs à Cassel. Devenue bataillon, cette compagnie prend le nom de Bataillon du Mont-Cassel et s’illustre sous le commandement de Vandamme dans les campagnes de 1792 à 1794, en particulier à Hondschoote, où le rôle de son commandant le fit nommer général de brigade. Vandamme n’avait pas encore 23 ans !

Vandamme sera de presque toutes les campagnes de l’Empire où, comme à Austerlitz, sa vaillance fut souvent déterminante dans la victoire.

Le général Vandamme fut élevé à la dignité de Grand Aigle de la Légion d'honneur en 1805, comte d'Unsebourg en 1809, puis Pair de France. Son nom figure sur le pilier nord de l’Arc de Triomphe.
Demeuré attaché à Cassel où il meurt dans son château en juillet 1830, il avait acheté le 13 pluviôse an II la propriété de Pierre Alexandre de Magnac prévôt de la collégiale Saint-Pierre. Il y fit aménager le château par l’architecte lillois Benjamin Dewarlez et agença les plantations du parc.

 

Date de dernière mise à jour : 12/12/2017

×